Sauveur & fils (Saisons 1 et 2) – Marie-Aude Murail

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…
Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.
Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Marie-Aude Murail m’a longtemps suivi. D’abord, pendant mon enfance. Puis elle est revenue dans ma vie, lorsque j’étais étudiante. J’avais eu l’occasion de la rencontrer et elle venait de publier Miss Charity. Quand j’ai travaillé en école, j’ai eu une nouvelle possibilité de continuer à lire ses romans. Autant dire que je suis très attachée aux écrits de cette auteure qui, à mes yeux, sait parfaitement dépeindre les gens, leur sensibilité, leurs défauts et leurs qualités.

Et, pourtant, cette fois-ci, je ne sais pas. Mais ça ne l’a pas fait. Voilà, j’en ai rencontré des psychologues. Pas toujours contre mon gré mais, parfois, si. Ça s’est toujours très mal passé, me sentant toujours plus mal après qu’avant. Ne rentrons pas plus dans les détails mais mes mauvaises expériences font que j’ai beaucoup d’a-priori sur ce métier. Enfin, je pensais qu’il s’agissait de préjugés et je me battais contre moi-même pour me convaincre que je n’avais juste pas rencontré les bonnes personnes. Et, quand j’ai découvert Sauveur, dans le cadre de son métier, j’ai retrouvé tout ce que je détestais chez ces gens… Alors, forcément, je me pose des questions : caricature ? Ou réalité ?

Autant en finir avec les points négatifs. Le racisme ambiant m’a également posé problème. Enfin, surtout la façon dont il a été traité. Oui, Sauveur est noir, originaire de la Martinique, et, oui, j’imagine facilement, que tout n’est pas facile au quotidien. Mais tout de même. Pourquoi se contenter de nous abreuver de propos dérangeants juste en soulignant que c’est raciste ? Comme si c’était normal.

Pour en revenir aux personnages, je n’ai pas su être touchée par l’histoire de Sauveur qui élève seul son fils. Que c’est tiré par les cheveux ! Je me suis énormément attachée aux enfants de l’histoire : Lazare, Gaspard, Cyrille, les trois filles…Dommage que ce qui les amène voir un psychologue soit aussi terrible et plutôt caricatural. Y-a-t-il vraiment besoin d’être dans une situation dramatique pour avoir besoin d’aide ?

Après, difficile de ne pas apprécier la multiplicité des thèmes abordés. On alterne entre sujets très contemporains comme les attentats de janvier 2015 ou le mariage pour tous, et sujets intemporels comme la scarification. Clairement, Marie-Aude Murail connait bien notre société actuelle.

Sauveur et fils est un roman classé en jeunesse. Ce qui m’a gêné. Je le trouve trop touffu. Déjà qu’on aborde des choses parfois très graves. Après, le style particulièrement accessible et le traitement de certains passages empêchent de verser ce roman sur les étagères adulte. Alors ? Et bien, voici ce que l’auteure en dit (ici)

« A quelle tranche d’âge s’adresse ce livre ?
Au Salon du livre cette année, je n’ai vu que des adultes ! Mais ce sont ceux qui ont grandi avec les livres de l’école des loisirs et qui assument complètement de me lire encore. Et cela peut être intéressant pour eux d’ailleurs de voir ce qu’est la jeunesse d’aujourd’hui.
Dans mon livre, il y a aussi des personnages de parents, qui sont faillibles, attachants ou perturbateurs et j’ai envie de montrer ça aux enfants. Dans la deuxième saison je vais montrer par exemple une femme hyper possessive qui conduit son fils à la violence. Mais pour répondre à votre question, le texte est très accessible, il peut être lu à partir de douze-treize ans. »

Sauveur et fils, Marie-Aude Murail

L’école des Loisirs, 2016

329 pages

Côté jardin, Sauveur mène sa vie avec son fils Lazare, 9 ans et il a quelque espoir de reconstruire une famille avec Louise et ses deux enfants. Côté ville, Sauveur reçoit ses patients : Ella, qui se travestit en garçon, Blandine, qui se shoote aux bonbons, Samuel, qui ne se lave plus, etc. Mais n oublions pas pour autant les autres espèces animales dans cette saison 2. Vivent les hamsters, les ouistitis, et en guest-star : Pépé le putois !

Parce que je suis un peu maso, j’ai emprunté la saison 2. Les personnages allaient forcément évoluer donc ils pouvaient encore trouver grâce à mes yeux. Même si dans l’ensemble, on retrouve les mêmes noms, les cartes sont effectivement redistribuées…mais ne m’ont pas fait oublié quelques aspects qui m’ont passablement agacée. Notamment l’histoire entre Sauveur et Louise. Un peu caricaturale. Evidemment, il a le droit de refaire sa vie mais c’est la façon dont ça se fait qui me pose problème. De plus, la construction m’a semblé un peu trop similaire au tome précédent.

Malgré tout, Marie-Aude Murail nous propose un roman bien implanté dans notre société avec ses qualités et ses défauts.

 

Sauveur et fils, Saison 2, Marie-Aude Murail

L’école des Loisirs, 2016

314 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s