Accueil

Week-end à 1000 – 26 au 28 août 2016

4 commentaires

Comme (presque) à chaque fois, je participe au week-end à 1000. L’objectif de ce week-end est d’enfin réussir à relever le défi, sans laisser le quotidien prendre le dessus. J’en ai marre et j’ai carrément envie de me changer les idées !

 

Voici ma PAL pour ce week-end.

La mélodie du coeur qui bat, Jan-Philipp Sendker, 292 pages

Eh bien, dansons maintenant, Karine Lambert, JC Lattès, 282 pages

La vengeance aux yeux noirs, Lisa Gardner, 504 pages

Désolée, je suis attendue, Agnès Martin-Lugand, 376 pages

Dreamology, Lucy Keating, 346 pages

Les Hauts Conteurs : La voix des rois, Oliver Peru et Patrick McSpare, 305 pages

couv66744099

Les derniers jours de Stefan Zweig, Laurent Seksi, 182 pages

Cela donne 2287 pages. Je sais très bien que je ne lirais pas tout mais, au moins, j’ai du choix. Vous me retrouvez tout le week-end sur Instagram @eloralife avec les hastags #weekenda1000 #WEa1000 #Readathon

 

 

C’est Lundi, que lisez-vous ? – 22 août 2016

3 commentaires

La semaine dernière, j’ai fini

Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie et tente de démêler l’écheveau de son incroyable destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la Guerre de Cent ans. Il a changé le regard sur l’Orient, accompagnant le passage des Croisades au commerce, de la conquête à l’échange. Comme le palais auquel il a laissé son nom, château médiéval d’un côté et palais renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Il a voyagé à travers tout le monde connu, aussi à l’aise dans la familiarité du pape que dans les plus humbles maisons. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-quatre ans. Au faîte de sa gloire, il a connu la chute, le dénuement, la torture puis, de nouveau, la liberté et la fortune. Cet homme, c’est Jacques Coeur.

Le grand coeur, Jean-Christophe Rufin, Gallimard (Folio), 2014, 592 pages

 

L’une est blonde, l’autre brune. L’une solaire et populaire, l’autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s’affirme dans l’art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d’échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu’au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d’un projet…

Nos âmes jumelles, Samantha Bailly, Editions Rageot, 2015, 312 pages

 

 

 

En plein cours de maths, Louise, jeune fille sans histoires, excellente éléve de Terminale S, a un malaise. Samuel, le délégué, l’accompagne aux toilettes. Du sang s’écoule, Louise ne répond plus. Hémorragie ? Suicide ? En fait, la jeune fille a accouché. Elle ne savait pas qu’elle était enceinte, mais elle a donné naissance à un petit garçon de 3,3 kg. Pourtant, Louise affirme qu’elle n’a jamais couché avec personne… Alors que s’est-il vraiment passé ? En état de choc, la jeune fille ne peut accepter la réalité. Pourtant, il lui faut décider du sort de son enfant : le garder ou le confier pour adoption. Elle n’a que quelques semaines. Et un long chemin à faire…
La décision, Isabelle Pandazopoulos, Gallimard (pôle fiction), 2016, 256 pages

 

 

En ce moment, je suis en train de lire

France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu’un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d’accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays… Sa sœur Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur mère, et son père décide de l’envoyer vivre avec Vianne. Mais son tempérament rebelle met en danger leurs vies à toutes. Isabelle décide donc de partir vivre à Paris, le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage très vite dans la Résistance sous le nom de code  » Le Rossignol  » et fait régulièrement passer des aviateurs anglais en Espagne. Deux sœurs, deux destins et deux façons de survivre à la guerre et à l’envahisseur. Un grand roman sur l’amour, la liberté, les idéaux et sur le rôle des femmes pendant la guerre.

Le Chant du rossignol, Kristin Hannah, Michel Lafon, 2016, 525 pages

Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes.
Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire.

Marguerite a toujours vécu dans l’ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs coeurs se réveillent. Oseront-ils l’insouciance, le désir et la joie ?

Après le succès de L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, traduit dans de nombreux pays, Karine Lambert signe un roman lumineux sur la fragilité et l’ivresse d’une histoire d’amour à l’heure où l’on ne s’y attend plus.

Eh bien dansons maintenant, Karine Lambert, JC Lattès, 2016, 282 pages

 

 

Pour la semaine prochaine, je prévois de finir mes lectures en cours. Comme je participe au week-end à 1000, ma wish-list sera disponible sur mon article

 

Les livres qui ont marqué ma vie

Laisser un commentaire

L’auberge de l’ange gardien et Le Général Dourakine de la Comtesse de Ségur. Les lectures de mon enfance❤

Antigone d’Anouilh. Non seulement ‘est une des rares pièces de théâtre que j’ai lue et aimée mais en plus elle m’a été imposée. Vive l’école.

Le Père Goriot de Balzac. Là aussi : merci l’école. Le prof me faisait fantasmer… jusqu’à ce qu’il me dégoûte de la lecture avec ce livre. ^^

Cet été-là de Véronique Olmi. Surtout pour le titre, en fait. Je me souviendrais toujours de « cet été-là » justement….

Les Déferlantes de Claudie Gallay. Le premier livre (et le seul) sur lequel j’ai pleuré.

Toi et moi à jamais d’Ann Brashares, tout comme 4 filles et un jean, c’est mon adolescence !

Harry Potter de JK Rowling. Parce que j’ai découvert le premier tome, j’avais onze ans. Et j’ai lu les autres à raison d’un par an. Mais j’ai l’impression de pas avoir grandi à la même vitesse que lui. J’ai fini par trouver les personnages tellement niais !

Germinal de Zola. Wou punaise Des fois, les lectures imposées, elles sont biens !!

Windows on the world de Beigbeder. Pas le livre du siècle mais le premier dont j’ai fait une chronique.

Cavalier seul de Jérôme Garcin. Ça, c’est mon côté cavalière qui parle.

Saumur : histoire architecturale d’une cité militaire. Pour le coup, c’est l’une de mes principales ressources de mon mémoire de fin d’études. J’en ai tellement bavé que ça marque ! Le Château de Saumur aussi.

 

C’est Lundi, que lisez-vous ? – 15 août 2016

Laisser un commentaire

La semaine dernière, j’ai fini

Lorsqu’elle débarque au Québec pour les vacances de février, Candice fait immédiatement deux constats très inquiétants. Premièrement, il fait froid. Très, très froid. Ce qu’elle était loin de s’imaginer quand elle a préparé ses valises (comment ça sa petite doudoune ne va pas suffire ?). Deuxièmement, sa cousine n’est pas là, et impossible de la joindre. Alors, quand l’aéroport annonce sa fermeture imminente et qu’un charmant inconnu à l’accent aussi improbable que sa coupe de cheveux lui propose de lui servir de taxi, Candice accepte…

Avis de tempête, Angéla Morelli, Harlequin, 2015

 

 

 

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut:
Un père, despotique et égocentrique, Jacques.
Une mère, en rébellion après 40 ans de mariage, Martine.
Leurs fils. Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants. Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps. Alexandre, rêveur mou du genou.
Et surtout… trois belles-filles délicieusement insupportables !
Stéphanie, mère poule angoissée. Laura, végétarienne angoissante. Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu.
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse BIEN à elle) à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’invite dans la famille et dont personne ne veut.
Mélangez, laissez mijoter… et savourez !

Nos adorables belles-filles, Aurélie Valognes, Michel Lafon, 2016, 270 pages

En ce moment, je suis en train de lire

Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie et tente de démêler l’écheveau de son incroyable destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la Guerre de Cent ans. Il a changé le regard sur l’Orient, accompagnant le passage des Croisades au commerce, de la conquête à l’échange. Comme le palais auquel il a laissé son nom, château médiéval d’un côté et palais renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Il a voyagé à travers tout le monde connu, aussi à l’aise dans la familiarité du pape que dans les plus humbles maisons. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-quatre ans. Au faîte de sa gloire, il a connu la chute, le dénuement, la torture puis, de nouveau, la liberté et la fortune. Cet homme, c’est Jacques Coeur.

Le grand coeur, Jean-Christophe Rufin, Gallimard (Folio), 2014, 294/592 pages

 

 

France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu’un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d’accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays… Sa sœur Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur mère, et son père décide de l’envoyer vivre avec Vianne. Mais son tempérament rebelle met en danger leurs vies à toutes. Isabelle décide donc de partir vivre à Paris, le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage très vite dans la Résistance sous le nom de code  » Le Rossignol  » et fait régulièrement passer des aviateurs anglais en Espagne. Deux sœurs, deux destins et deux façons de survivre à la guerre et à l’envahisseur. Un grand roman sur l’amour, la liberté, les idéaux et sur le rôle des femmes pendant la guerre.

Le Chant du rossignol, Kristin Hannah, Michel Lafon, 2016, 525 pages

 

L’une est blonde, l’autre brune. L’une solaire et populaire, l’autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s’affirme dans l’art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d’échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu’au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d’un projet…

Nos âmes jumelles, Samantha Bailly, Editions Rageot, 2015, 312 pages

 

 

 

 

Pour la semaine prochaine, je prévois de finir mes lectures en cours. Sinon, j’ai envie de continuer dans mes lectures Jeunesse/Adolescents

En plein cours de maths, Louise, jeune fille sans histoires, excellente éléve de Terminale S, a un malaise. Samuel, le délégué, l’accompagne aux toilettes. Du sang s’écoule, Louise ne répond plus. Hémorragie ? Suicide ? En fait, la jeune fille a accouché. Elle ne savait pas qu’elle était enceinte, mais elle a donné naissance à un petit garçon de 3,3 kg. Pourtant, Louise affirme qu’elle n’a jamais couché avec personne… Alors que s’est-il vraiment passé ? En état de choc, la jeune fille ne peut accepter la réalité. Pourtant, il lui faut décider du sort de son enfant : le garder ou le confier pour adoption. Elle n’a que quelques semaines. Et un long chemin à faire…
La décision, Isabelle Pandazopoulos, Gallimard (pôle fiction), 2016, 256 pages
Et si le garçon de ses rêves était bien réel ? Depuis son enfance, Alice mène une double vie. La vie réelle, où elle habite seule avec son père… et sa vie en rêves ! Toutes ses nuits sont peuplées d’aventures extraordinaires, de voyages, de rencontres, et surtout d’un garçon de son âge : Max. Au fil des années, ils sont tombés fous amoureux et Alice ne pense qu’à se coucher le soir pour le retrouver. Mais le jour de sa rentrée au lycée, Alice voit Max. En chair et en os. Le garçon de ses nuits existerait-il vraiment ?
 Dreamology, Lucy Keating, Michel Lafon, 2016, 346 pages

C’est Lundi, que lisez-vous ? – 08 août 2016

6 commentaires

Depuis un mois, j’ai eu le temps de finir toutes mes lectures du dernier C’est Lundi, que lisez-vous ?

En ce moment, je suis en train de lire

Dans la chaleur d’une île grecque, un homme se cache pour échapper à ses poursuivants. Il évoque sa vie et tente de démêler l’écheveau de son incroyable destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la Guerre de Cent ans. Il a changé le regard sur l’Orient, accompagnant le passage des Croisades au commerce, de la conquête à l’échange. Comme le palais auquel il a laissé son nom, château médiéval d’un côté et palais renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Il a voyagé à travers tout le monde connu, aussi à l’aise dans la familiarité du pape que dans les plus humbles maisons. Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France, disparue à vingt-quatre ans. Au faîte de sa gloire, il a connu la chute, le dénuement, la torture puis, de nouveau, la liberté et la fortune. Cet homme, c’est Jacques Coeur.

Le grand coeur, Jean-Christophe Rufin, Gallimard (Folio), 2014, 592 pages

 

Lorsqu’elle débarque au Québec pour les vacances de février, Candice fait immédiatement deux constats très inquiétants. Premièrement, il fait froid. Très, très froid. Ce qu’elle était loin de s’imaginer quand elle a préparé ses valises (comment ça sa petite doudoune ne va pas suffire ?). Deuxièmement, sa cousine n’est pas là, et impossible de la joindre. Alors, quand l’aéroport annonce sa fermeture imminente et qu’un charmant inconnu à l’accent aussi improbable que sa coupe de cheveux lui propose de lui servir de taxi, Candice accepte…

Avis de tempête, Angéla Morelli, Harlequin, 2015

 

 

France, 1939. Dans le village de Carriveau dans la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Elle ne peut imaginer que les nazis vont envahir le pays. Pourtant, lorsqu’un capitaine allemand réquisitionne sa maison, elle est forcée d’accueillir un officier sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays… Sa sœur Isabelle, 18 ans, a passé son enfance dans des pensionnats depuis la mort de leur mère, et son père décide de l’envoyer vivre avec Vianne. Mais son tempérament rebelle met en danger leurs vies à toutes. Isabelle décide donc de partir vivre à Paris, le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage très vite dans la Résistance sous le nom de code  » Le Rossignol  » et fait régulièrement passer des aviateurs anglais en Espagne. Deux sœurs, deux destins et deux façons de survivre à la guerre et à l’envahisseur. Un grand roman sur l’amour, la liberté, les idéaux et sur le rôle des femmes pendant la guerre.

Le Chant du rossignol, Kristin Hannah, Michel Lafon, 2016, 525 pages

 

Pour la semaine prochaine, je prévois de finir mes lectures en cours.

Dans l’ombre d’Ana – Marjorie Motto

Laisser un commentaire

Un peu ronde mais bien dans sa peau, Elsa est une jeune femme heureuse. Pour elle, tout va pour le mieux : un travail prenant, des amis et une famille aimante, des loisirs et des projets. Comment imaginer qu’une simple rencontre puisse venir bouleverser sa vie, que perdre du poids pour entrer dans le moule des canons de beauté modernes devienne son obsession ?

 

 

 

 

 

 

Très bonne surprise que cette lecture ! Si je connaissais Ana comme raccourcie pour l’anorexie, j’ai mis un peu de temps à comprendre dans quoi Elsa était tombée comme elle a mis du temps à admettre qu’elle était malade alors qu’il était déjà trop tard. Elle avait déjà perdu 19 kilos en à peine 5 mois.
Marjorie Motto a géré d’une main de maître son récit dans la mesure où je me suis enfoncée dans la maladie avec elle avant de réaliser ce qu’il se passait. Le style est particulièrement simple, réaliste, fluide et intelligent et l’auteur nous montre ce qui peut entraîner les jeunes filles dans l’anorexie puis le déni, la prise de conscience, le travail sur soi, les difficultés pour reprendre une vie normale…

 

On ressent dans chaque ligne la souffrance d’Elsa qui, désirant se fondre dans le moule, tombe dans l’excès et on passe par des émotions variées entre empathie et envie de crier à la protagoniste de se réveiller.

 

Ce premier roman qui change de mes lectures habituelles est très certainement un titre à découvrir.

 

Dans l’ombre d’Ana, Marjorie Motto, Edition de la Rémanence, 2016

C’est lundi, que lisez-vous ? – 11 Juillet 2016

3 commentaires

La semaine dernière, je n’ai rien fini.

 

 

 

Mes lectures en cours

Après avoir bourlingué des années avec Lucas, Lili, journaliste, a envie de stabilité : elle s’ancre à Paris, il poursuit ses voyages, ils s’aiment… Mais une rencontre va faire vaciller toutes ses certitudes. Rubene est écrivaine, californienne, fragile, solitaire et mal dans sa peau. Pas douée pour aimer, elle s’accroche pourtant à l’idée que Lili peut la sauver.

Entre la Seine et le Delaware, six mois suffisent à tisser une histoire. Déraisonnée pour l’une, salvatrice pour l’autre. Sauf que l’avenir comme l’amour ne se maîtrisent pas. En un instant tout peut parfois basculer…

Six mois entre deux rives, Nicole Ligney, éditions de la Rémanence

 

« J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea. » Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

89 mois, Caroline Michel, Préludes, 2016, 282 pages

 

Mais qu’est-ce qui lui a pris d’accepter ce plan foireux ? Et pire encore : pourquoi a-t-elle fait ce stupide pari avec ses copines ? Résultat, voilà que Louise est : 1) bloquée au fin fond de la campagne (celle avec de la vraie boue et des vraies bêtes) dans la maison d’une-amie-d’une-amie pour un long, un interminable mois de « vacances » 2) condamnée à une abstinence forcée (fichu, fichu pari ! et fichues copines !) Pour une parisienne pure souche qui ne vit que pour son travail et ne connaît pas le sens du mot « repos », ce séjour s’annonce plutôt douloureux. Jusqu’à ce que deux spécimens locaux viennent troubler ses bonnes résolutions vertueuses. D’un côté, Joffrey, bel apiculteur au sourire canaille. De l’autre, Arnaud, artisan en charge des travaux de la grange, dont les manières rustres et la bougonnerie n’ont d’égal que le pouvoir ensorcelant de ses muscles. Et elle qui pensait se trouver à mille lieues de toute tentation…

L’amour est dans le foin, Angéla Morelli, Harlequin, 2015,  246 pages

 

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Les Fiancés de l’hiver, Christelle Dabos, Gallimard, 2013, 519 pages

 

 

Older Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 404 autres abonnés