Agatha Raisin enquête : La quiche fatale – MC Beaton

Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Costwolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon-bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire. Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.

 

Depuis que la saga Agatha Raisin a commencé à être publiée en France, ce sont des livres qui m’ont attirée pour leurs couvertures et leurs résumés. Ces romans aux airs policiers avaient aussi l’air d’être bourrés d’humour. Qu’en est-il, en réalité ?

 

Agatha Raisin, la cinquantaine banale, a choisi de prendre une retraite anticipée et de s’éloigner du smog londonien pour aller vivre dans un cottage de la campagne typiquement anglaise, à Carsely. Ce petit bout de femme ne paye pas de mine, avec ses nombreux défauts. Imaginez : lunatique, elle boit, elle fume, elle flirte, elle n’a aucune empathie pour ses voisins, grands amateurs de commérages. Agatha Raisin va vite être détestée de ces derniers car Mr Cummings-Browne va mourir après la dégustation de sa fameuse quiche. Convaincue qu’elle n’est pas coupable, elle va mettre son nez partout, chez tout le monde et, par conséquent, mettre au jour des faits qu’on essayait d’étouffer ! Difficile de ne pas avoir envie de baffer cette nana en escarpins, tout sauf subtile. Finalement, il n’y a pas que son entourage qu’elle se met à dos. Le lecteur aussi ! Personnellement, je pensais l’adorer et j’ai fini par la haïr.

 

Si vous vous attendez à un style léger à l’image du résumé et de la couverture, détrompez-vous. L’écriture est un peu moins simpliste, un peu plus travaillé, notamment dans le vocabulaire, et pourra vous surprendre. Ceci dit, j’ai envie de dire : heureusement ! En effet, le manque de fond due ce récit et les personnages « so british » (« so » caricaturaux, aussi) comme l’humour parsemé au fil des pages, agacent. On passe plus de 300 pages à attendre les rebondissements et les surprises pour, au final, avoir un dénouement des plus convenus. De plus, les relations entre les trop nombreux personnages n’arrangent pas les choses d’autant qu’ils semblent être ici juste pour faire diversion. Le lecteur appréciera, néanmoins, les nombreuses références à la culture anglo-saxonne, notamment à Agatha Christie. Et, pour le coup, c’est bien pensé !

 
Pour apprécier cette lecture, il faut donc aimer l’humour anglais, la campagne anglaise et les romans qui traînent en longueurs.

 

Agatha Raisin : La quiche fatale

MC Beaton

Albin Michel

2016

320 pages

 

Publicités

3 réflexions sur “Agatha Raisin enquête : La quiche fatale – MC Beaton

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s