Le souffle des feuilles et des promesses – Sarah McCoy

Hallie Erminie, issue d’une famille de planteurs du Kentucky, est une jeune femme de caractère qui adore écrire. À New York, où elle s’est mis en tête de trouver un éditeur qui publierait son premier roman, elle fait la connaissance de Post Wheeler, un journaliste célibataire et fier de l’être. Tous deux discutent à bâtons rompus de la vie culturelle new-yorkaise, bouillonnante en cette fin de XIXe siècle, et s’attachent l’un à l’autre sans oser se l’avouer. Malheureusement, quand Post part pour l’Alaska du jour au lendemain, la possibilité d’une histoire d’amour s’évanouit. 
Commence alors un chassé-croisé qui durera une dizaine d’années, des États-Unis à l’Italie en passant par l’Angleterre ou la France. Tandis que Hallie Erminie rencontre le succès grâce à ses livres, Post Wheeler se destine finalement à une carrière politique. À chacune de leurs rencontres, les sentiments des deux jeunes gens grandissent mais le destin semble peu enclin à les réunir. Oseront-ils s’avouer leur amour ?

 
Nous sommes en 1883 lorsque nous rencontrons Hallie Erminie Rives, dans une plantation de tabac du Kentucky. Après l’obtention de son diplôme de secrétaire, en 1896, notre protagoniste n’espère qu’une chose : écrire un roman et le publier à New York City. Durant 330 pages, nous allons suivre ses péripéties et sa découverte de la vie.

 
En début d’année, j’ai découvert la plume de Sarah McCoy dans son premier roman traduit en français : Un goût de cannelle et d’espoir dont j’avais apprécié la partie historique, sur la seconde guerre mondiale. Si je n’ai pas encore eu l’occasion de lire Un parfum d’encre et de liberté, j’ai profité d’un partenariat avec Michel Lafon, via Net Galley, pour découvrir Le souffle des feuilles et des promesses.

 

Une nouvelle fois, Sarah McCoy dépeint une héroïne forte, malgré les doutes et les déconvenues et un peu caricaturale. La petite rousse aux yeux bleues un peu naïve, mais caractérielle, arrive à la grande ville et tombe sous le charme de l’arrogant et prétentieux journaliste Post Wheeler.

 

Si la rencontre est explosive, promettant de nombreux rebondissement, nous entrons très vite dans un format assez classique de romance : le jeu du chat et de la souris, de celui qui admettra en premier qu’il est attaché à l’autre.

 

Cependant, à côté de cela, l’auteur nous emmène dans les Etats-Unis de la fin du XIXème siècle et du début du XXème et aux quatre coins du monde. Aidée par son écriture contemplative et son sens du détail, Sarah McCoy nous rappelle de nombreux faits historiques dont on parle peu ou qu’on a oublié : la guerre des Boers en Afrique du Sud, par exemple. Et c’est pour cela qu’il faut lire ce roman…

 

Le souffle des feuilles et des promesses

Sarah McCoy

Michel Lafon

2017

334 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s