Le crime de l’Orient-Express – Agatha Christie

Alors qu’il rentre de mission et compte s’arrêter quelques jours à Istanbul, Hercule Poirot est rappelé d’urgence à Londres. On est en hiver et à cette époque de l’année, l’Orient Express roule habituellement quasiment à vide. Pourtant, sans l’aide du directeur de la compagnie, Hercule Poirot n’aurait pas trouvé de place à bord, comme si tous les voyageurs s’étaient donné rendez-vous dans ce train ! Dès la première nuit, un homme est assassiné. Le train est immobilisé par la neige qui empêche l’assassin de s’enfuir. Dans les wagons isolés du reste du monde, Hercule Poirot, au sommet de son art, mène l’enquête. Et ce ne sont pas les pistes qui manquent !

 

Ça y est ! Miracle ! J’ai enfin découvert un roman d’Agatha Christie. Oui, je sais, il était temps. Pour cela, je dois remercier Brigitte Kernel pour son roman Agatha Christie, le chapitre disparu où elle imagine ce que la reine du crime a bien pu faire pendant les 11 jours où elle a disparu (et dont elle ne dira jamais rien).

A travers l’un des titres les plus connus d’Agatha Christie, Le Crime de l’Orient-Express, j’ai eu l’occasion de faire connaissance du plus grand détective belge. Ah merde, il était pas français… (Oui, les préjugés, les idées préconçues, toussa…)

Lorsque Monsieur Ratchett (qui n’est pas Monsieur Ratchett. Ah Ah) est retrouvé assassiné par de nombreux coups de couteau, le lecteur se retrouve face à de multiples coupables plus hauts en couleurs les uns que les autres, de multiples faits, des tas d’alibis et des tas de possibilités. Pourtant, le drame et l’enquête se déroulent dans un huis-clos puisque le train est bloqué par la neige, en pleine nature.

Autant vous dire que l’auteure fait preuve d’une ingéniosité (voire d’un machiavélisme) à toute épreuve. La construction du roman semble claire et, pourtant, on ne peut que se laisser mener par le bout du nez jusqu’à la fin. Et là, le lecteur ne pourra que se dire « Mais oui, évidemment ! ». Tous les indices mettant sur la trace du tueur sont intelligemment répartis tout au long du roman. Vous connaissez le Cluedo où le moindre élément a une importance capitale ? C’est l’idée.

Le style d’écriture est un peu désuet (première publication : 1934) et très anglais mais facile à lire grâce aux nombreux dialogues.

 

Evidemment, il faut le lire pour comprendre pourquoi il s’agit d’un classique du genre !

 

Le crime de l’Orient-Express

Agatha Christie

Editions Le Masque

2011

288 pages

Oui, je sais, je voulais publier ma chronique pour la LC du 24 juin mais, pour éviter de publier tous les billets au même moment, j’avance ma publication !

Publicités

3 réflexions sur “Le crime de l’Orient-Express – Agatha Christie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s