Kilomètre 113 sur l’autoroute A4 – Helen Barenton

Arnaud Morel est mort. Suicide. Mort ? Peut-être pas tout à fait. Mais alors, qui est cet individu qui vit chez lui avec sa femme et élève ses enfants ? Pour les policiers du SRPJ de Reims, cela ne fait aucun doute, il ne peut y avoir deux Arnaud Morel. Puisque tout prouve qu’Arnaud n’a jamais attenté à ses jours, alors, qui est l’homme mutilé dans sa chair et dans son être qui hurle à l’usurpation d’identité ? Et si c’était précisément au Kilomètre 113 sur l’autoroute A4 que se trouvait le point de départ de cette conspiration glaçante ? Une seule chose est sûre, ce thriller vous transportera dans les méandres sombres de la seconde chance, d’un homme pris au piège entre machination et folie. En sortirez-vous indemne ?
 

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas accepté un partenariat…et c’est avec Kilomètre 113 sur l’autoroute A4 de la rémoise Helen Barenton que j’ai renoué, non sans un certain plaisir.

Arnaud Morel, homme tourmenté suite à une séparation douloureuse, tente de se suicider…mais se réveille à l’hôpital, amputé des deux jambes et surtout sans ses papiers. Il va donc devoir prouver son identité… et l’histoire fait que cela ne sera pas si facile.

Si le roman comporte quelques longueurs, qui m’ont parfois ennuyée, je dois dire que l’auteur nous offre un récit plutôt bien mené où on est toujours à deux doigts de la folie tant les questions se bousculent dans la tête. Qui est cet homme ? Qui est son ex-femme ? Et tous ceux qui tentent de l’aider ?

Les personnages ne sont pas caricaturaux. Ils ne sont jamais vraiment gentils ou méchants. Juste humains. Avec leurs qualités et leurs défauts. Comme eux, j’ai craqué, j’ai ri et j’ai pleuré… Comme eux, j’ai cherché à comprendre… et j’ai, d’ailleurs, parfois, eu du mal à les comprendre… Pourquoi font-ils tant pour cet Arnaud Morel alors que tout le contredit ? Que savent-ils, que le lecteur ne sait pas ?

« Je suis un con » Voilà comment commence le roman d’Helen Barenton. J’avoue, j’ai eu très peur pour la suite, surtout que les « putain », « connerie » et autres termes grossiers jalonnent la première page. Rassurez-vous, cela se calme assez vite. Personnellement, je n’aurais pas tenu longtemps à ce rythme !

Un roman clairement destiné aux amateurs de thrillers psychologiques.

 

Kilomètre 113 sur l’autoroute A4

Helen Barenton

Hugues de Queyssacs Editions

2016

436 pages

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s