Le Noël d’Hercule Poirot – Agatha Christie

Pour la première fois depuis vingt ans, le vieux Siméon Lee a décidé de réunir tous ses enfants pour les fêtes de fin d’année.
Le 24 décembre, on le trouve sauvagement assassiné dans sa chambre. Tout le monde, évidemment, détestait ce vieillard cynique : Alfred et sa femme pour la tyrannie qu’il exerçait sur leur couple, Harry pour les humiliations dont il a abreuvé sa mère, George pour la rente – trop parcimonieuse à son goût – qu’il lui sert, Harry, le fils prodigue, pour le mépris dans lequel il le tient. Et puis il y a ce mystérieux M. Farr qui vient d’Afrique du Sud. Et la jeune Pilar, la petite-fille espagnole, n’a-t-elle pas déclaré froidement que, si elle avait un ennemi, elle n’hésiterait pas à lui trancher la gorge ? Vraiment le vieux Siméon n’aurait pas dû faire part devant tout le monde de son intention de modifier son testament, il n’aurait pas dû faire cette scène détestable à ses enfants réunis, il n’aurait peut-être pas dû faire devant Pilar étalage de ses diamants…
Et bien ! Pour Noël, Hercule Poirot a été gâté = Siméon Lee a été égorgé dans son superbe manoir de Gloston, peu avant le soir du Réveillon. Quand notre détective arrive sur les lieux du drame, il découvre une famille somme toute fortement dysfonctionnelle. Les relations y sont particulièrement tendues et les secrets sont monnaie courante. Une fois de plus, sans Hercule Poirot, le mystère ne serait pas résolu. On comprend pourquoi il agace les instances officielles : il arrive au dénouement, avant tout le monde et en s’intéressant aux moindres petits détails apriori inutiles. Une fois de plus, comment ne pas apprécier le récit ? Il est cynique et, hormis les dates, rien ne rappelle la période où se déroule l’enquête. Agatha Christie ne se vautre pas dans la niaiserie exacerbée ni les faux-semblants associés aux fêtes de fin d’année. Evidemment, la construction du Noël d’Hercule Poirot est des plus classiques. On pourrait effacer le nom d’Agatha Christie : on devinerait qu’elle a rédigé le roman.
Pour le moment, je ne m’en suis pas lassée.
Le Noël d’Hercule Poirot, Agatha Christie
Editions Le Masque, 2012
230 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s