Enfant de salaud – Sorj Chalandon

Depuis l’enfance, une question torture le narrateur :
– Qu’as-tu fait sous l’occupation ?
Mais il n’a jamais osé la poser à son père.
Parce qu’il est imprévisible, ce père. Violent, fantasque. Certains même, le disent fou. Longtemps, il a bercé son fils de ses exploits de Résistant, jusqu’au jour où le grand-père de l’enfant s’est emporté : «Ton père portait l’uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud ! »
En mai 1987, alors que s’ouvre à Lyon le procès du criminel nazi Klaus Barbie, le fils apprend que le dossier judiciaire de son père sommeille aux archives départementales du Nord. Trois ans de la vie d’un « collabo », racontée par les procès-verbaux de police, les interrogatoires de justice, son procès et sa condamnation.
Le narrateur croyait tomber sur la piteuse histoire d’un « Lacombe Lucien » mais il se retrouve face à l’épopée d’un Zelig. L’aventure rocambolesque d’un gamin de 18 ans, sans instruction ni conviction, menteur, faussaire et manipulateur, qui a traversé la guerre comme on joue au petit soldat. Un sale gosse, inconscient du danger, qui a porté cinq uniformes en quatre ans. Quatre fois déserteur de quatre armées différentes. Traître un jour, portant le brassard à croix gammée, puis patriote le lendemain, arborant fièrement la croix de Lorraine.
En décembre 1944, recherché par tous les camps, il a continué de berner la terre entière.
Mais aussi son propre fils, devenu journaliste.
Lorsque Klaus Barbie entre dans le box, ce fils est assis dans les rangs de la presse et son père, attentif au milieu du public.
Ce n’est pas un procès qui vient de s’ouvrir, mais deux. Barbie va devoir répondre de ses crimes. Le père va devoir s’expliquer sur ses mensonges.
Ce roman raconte ces guerres en parallèle.
L’une rapportée par le journaliste, l’autre débusquée par l’enfant de salaud.
Quel plaisir de retrouver Sorj Chalandon ! Après Le quatrième mur, Profession du père et La légende de nos pères, je viens de lire son dernier roman Enfant de salaud.
« Enfant de salaud », c’est ce qu’il va entendre de la part de son grand-père paternel. Nous sommes en 1962 et l’enfant a 10 ans. Ce même jour, il apprendra que son père était du mauvais côté durant la Seconde Guerre Mondiale. A l’âge adulte, devenu journaliste, le narrateur va chercher à répondre à cette question qui le taraude depuis : Qu’a fait papa sous l’occupation ?
En 1987, alors que le procès du nazi Klaus Barbie s’ouvre, le narrateur va réussir à récupérer le dossier judiciaire de son père. S’enclenchent alors deux histoires, deux enquêtes. L’une rapportée par le journaliste, l’autre menée par l’homme.
Très vite, notre narrateur va découvrir que son père lui a menti pendant des années. Et bien loin de l’homme courageux qu’il a prétendu être, il était plutôt un « déserteur professionnel » qui est passé par 5 uniformes ! Mais, le père, comme Klaus Barbie, niera toujours. Avec aplombs. Malgré les preuves apportées. Folie ? Perte de mémoire ? Honte ? Actes assumés et décomplexés ? Le doute subsiste… A chacun son interprétation. Mais le récit reste vertigineux, effarant, effrayant, bouleversant.
Une nouvelle fois, Sorj Chalandon mêle la petite histoire à la grande, avec un indéniable talent.
Il faudrait vraiment que je me penche sur les autres oeuvres de l’auteur
Enfant de salaud, Sorj Chalandon
Grasset, 2021
331 pages

4 réflexions sur “Enfant de salaud – Sorj Chalandon

  1. Celui-ci est très réussi, avec cette force de l’émotion et de la maturité ! J’espère tellement qu’il recevra un prix. Juste pour concrétiser une oeuvre qui n’a cessé d’être dense !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s