La carte postale – Anne Berest

C’était en janvier 2003.
Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange.
Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme.
L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.
Cette enquête m’a menée cent ans en arrière. J’ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre.
J’ai essayé de comprendre comment ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages. J’ai dû m’imprégner de l’histoire de mes ancêtres, comme je l’avais fait avec ma sœur Claire pour mon livre précédent, Gabriële.
Ce livre est à la fois une enquête, le roman de mes ancêtres, et une quête initiatique sur la signification du mot « Juif » dans une vie laïque.
Si j’aime beaucoup ce qu’écrit sa sœur, Claire, je ne connaissais que peu Anne Berest. Je n’avais lu que Gabriële, un roman écrit à 4 mains par Anne et Claire.
La carte postale est un des titres de cette rentrée littéraire 2021, dont on a beaucoup entendu parler.
Le plus gros point positif de ce roman est l’interrogation sur la judéité à l’époque actuelle.
J’ai trouvé le reste un peu trop facile et manquant d’originalité. En effet, la carte postale reçue longtemps après est un procédé déjà utilisé. L’enquête menée par la protagoniste semble avancer tellement facilement que cela décrédibilise l’histoire. De plus, l’écriture d’Anne Berest est très journalistique et manque de finesse et d’émotions. J’allais ajouter légèreté mais cela ne se prête pas au sujet.
Bref, un loupé qui me fera d’autant plus apprécier mes bonnes lectures.
La Carte Postale, Anne Berest
Grasset, 2021
512 pages

2 réflexions sur “La carte postale – Anne Berest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s