Frangines – Adèle Bréau

Mathilde, Violette et Louise sont soeurs. Depuis l’enfance, elles vivent leurs plus belles heures à La Garrigue, une bâtisse que leurs parents ont achetée autrefois à Saint-Rémy-de-Provence.
Tout les oppose et pourtant rien ne peut séparer Mathilde, éblouissante et dominatrice, Violette, qui a grandi dans l’ombre de son aînée, et Louise, la benjamine, née des années plus tard.
Cet été, les frangines se réunissent dans la demeure familiale pour la première fois depuis le drame de l’année précédente.
Entre petites exaspérations et révélations inattendues, ces retrouvailles vont bouleverser à jamais leur vie. Car les murs de La Garrigue, gardiens des secrets de trois générations, ne les protégeront peut-être plus.
Avec délicatesse et humour, Adèle Bréau nous plonge dans une histoire de famille qui pourrait être la nôtre et nous fait passer du rire aux larmes.

Longtemps, j’ai hésité à ouvrir « Frangines » d’Adèle Bréau. Enfin, longtemps… Restons relatifs. Cela reste un roman publié en juin 2020. Il m’a tentée dès sa sortie. Mais « L’odeur de la colle en pot », précédent titre de l’autrice, m’avait laissé sur le carreau. Et les romans forts de leurs succès me font toujours douter. 

Bref. J’ai bien fait de me lancer tout de même. Cette fois-ci, la nostalgie abordée par Adèle Bréau ne pouvait que me parler. Moi aussi, comme les soeurs, Mathilde, Violette et Louise, j’ai beaucoup de souvenirs dans le Midi et tout près de La Garrigue. J’y ai retrouvé cet art de vivre à la provençale, ce tempo ralenti propre aux vacances sous un soleil chaud. Les points de vue des filles et de Jeanne, leur mère, s’alternent tout en laissant le récit continuer à avancer. 

En revanche, quand les masques commencent à tomber et les secrets se révèlent, tout va trop vite. J’étais trop bien dans cette langueur estivale et nostalgique. J’y serais bien restée sans grandes surprises.

Quant aux flashbacks, ils me sortaient parfois de l’histoire au présent. Peut-être auraient-ils pu être intégrés directement au récit ? Dommage…

Un roman sympathique qui plaira aux amateurs de romans feel good. 

Frangines, Adèle Bréau

JC Lattès, 2020

350 pages


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s