Je ne voulais pas vous faire pleurer – Charlotte Monnier

Julie-Anne a 15 ans quand ses parents la déposent dans un hôpital psychiatrique pour adolescents. Anorexique, son poids est trop faible pour qu’elle puisse mener l’existence d’une jeune fille de son âge dans le monde extérieur. Elle doit prendre 7 kilos pour pouvoir sortir de l’hôpital et surtout, retrouver sa famille. Commence alors pour elle un long parcours, « enfermée » dans cette unité d’hôpital psychiatrique pour adolescents. Il va falloir s’y faire et malgré tout, s’y amuser. Mais elle va surtout y trouver un tout nouveau sens à sa vie grâce à des rencontres, les échanges avec sa meilleure amie, et… une passion inattendue.
Cher lecteur,
Aujourd’hui, parlons de Julie-Anne (drôle de prénom, non ?). Elle a 15 ans et d’importants troubles alimentaires. Bref, elle est anorexique et ses parents ont décidé de l’hospitaliser dans une unité psychiatrique spécialisée. De là, le lecteur va suivre le parcours de la protagoniste jusqu’à ce qu’elle sorte de l’hôpital.
Dans ce court roman, Charlotte Monnier a mis l’accent sur la vie quotidienne des adolescents hospitalisés, l’inquiétude et les difficultés de l’entourage et du personnel qui portent ces jeunes à bout de bras…. Finalement, l’autrice donne un point de vue assez large et parle peu de la souffrance personnelle de Julie-Anne et ça manque : la jeune fille a l’air de se remettre sur pieds tellement facilement que cela manque de crédibilité. Mais, le plus important n’est-il pas de montrer que se nourrir est important pour la vie mais les relations sociales, les activités et autres sont tout aussi importants pour vivre ?
J’aurais adoré que ce roman fasse quelques pages de plus car la fin, dans les faits, est un peu abrupte.
Je ne voulais pas vous faire pleurer, Charlotte Monnier
Editions Slalom, 2020
144 pages
11/20

5 réflexions sur “Je ne voulais pas vous faire pleurer – Charlotte Monnier

  1. « la jeune fille a l’air de se remettre sur pieds tellement facilement que cela manque de crédibilité » Ça me fait un peu peur… Surtout qu’on ne guérit jamais vraiment de l’anorexie. Ma mère l’était. A 20 ans, elle pesait 36 kg pour 1m74. Elle a survécu mais a toujours lutté avec son poids, et a rechuté plusieurs fois.
    C’est un thème trop important pour en parler en quoi ? 140 pages ? 😞
    Surtout qu’au vu de ta critique, ils ont pas vraiment bien traité le sujet. Dommage.

    J'aime

Répondre à Amandine Au Fil des Plumes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s