Le journal d’un marchand de rêves – Anthelme Hauchecorne

J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe. Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais. Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance. M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m empêchent de tourner la page… La première est une fille. La seconde, une soif de vengeance. Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament…
Quand ce roman était sorti aux éditions « L’atelier de Mosésu », en 2016, je l’avais déjà déjà repéré grâce à sa couverture. En 2018, French Pulp le réédite avec une nouvelle couverture tout aussi réussie. Lisant très peu de littératures de l’imaginaire, j’ai longuement hésité avant de me lancer. Merci Net Galley et la maison d’édition : je me suis lancée, sans prendre de « risque financier ». Cela m’a permis de découvrir « Le journal d’un marchand de rêves », plus détendue.
J’ai mis du temps à appréhender le monde de Brumaire et son fonctionnement bien particulier. Il faut dire que l’hyper créatif Anthelme Hauchecorne a une imagination de folie et nous offre une histoire vraiment dense, qui tient la route sur plus de 500 pages. Malgré tout, je ne veux pas trop vous en dire à cause de l’effet Domino. Pour rester cohérente, dire une chose m’obligerait à vous parler du reste.
Ce roman est une expérience où on navigue entre les différents genres de l’imaginaire, avec un bon soupçon de Steampunk.
Je ne peux que conseiller ce roman aux lecteurs déjà initiés. Quant aux autres, laissez vous tenter mais préparez vous à avoir une lecture franchement intense.
Le journal d’un marchand de rêves, Anthelme Hauchecorne
French Pulp, 2018
526 pages

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s