Le dernier hiver du Cid – Jérôme Garcin

Ça y est ! Je l’ai lu ! « Le dernier hiver du Cid » me faisait tellement envie depuis sa sortie. Et le voir chaque jour de boulot était terrible ! Ceci dit, c’est un des rares livres que j’aurais été capable de conseiller sans l’avoir lu. Comme « Mortelle Adèle » dans un tout autre genre. Mais pour dautres raisons.
Il y a 60 ans, un 25 novembre, Gérard Philipe mourrait, à l’aube de ses 37 ans. D’un cancer du foie foudroyant dont on tenta de lui cacher la gravité jusqu’au bout. Lui qui, quelques temps auparavant, avait fait un appel aux dons pour la lutte contre le cancer. En costume du Cid. Il a laissé sa femme, Anne, et ses deux enfants dont Anne-Marie, qui deviendra la femme de Jérôme Garcin. L’auteur a déjà retracé plusieurs fois des destins brisés trop tôt. Je pense, notamment, à « Olivier » (son frère décédé à l’âge de 6 ans), « L’écuyer mirobolant » (inspiré par Etienne Beudant), « Le voyant » (un homme aveugle et résistant). Cela ne rendait pas l’écriture de ce récit plus facile. Il fallait rendre hommage à l’artiste tant adoré, au père de famille tant aimé…Tout en étant particulièrement proche de sa famille. Mais une fois de plus, l’écrivain reste droit, fidèle à ses valeurs. Les mots sont justes, parfois érudits mais toujours sensibles, et l’émotion maîtrisée. Gérard Philipe reprend vie à l’heure où il est surtout un nom (et, sans toujours le savoir, quelques images) pour beaucoup d’entre nous. A travers lui, le lecteur (ré)découvre d’autres personnalités.
« Je ne sais écrire que par amour. » (Jérôme Garcin pour Le Parisien). Ça se sent et ça lui réussi.
Il y a soixante ans, le 25 novembre 1959, disparaissait Gérard Philipe. Il avait trente-six ans. Juste avant sa mort, ignorant la gravité de son mal, il annotait encore des tragédies grecques, rêvait d’incarner Hamlet et se préparait à devenir, au cinéma, le Edmond Dantès du Comte de Monte-Cristo. C’est qu’il croyait avoir la vie devant lui. Du dernier été à Ramatuelle au dernier hiver parisien, semaine après semaine, jour après jour, l’acteur le plus accompli de sa génération se préparait, en vérité, à son plus grand rôle, celui d’un éternel jeune homme.
Le dernier hiver du Cid, Jérôme Garcin
Gallimard, 2019
198 pages

2 réflexions sur “Le dernier hiver du Cid – Jérôme Garcin

  1. Bon ben voilà, je me demandais si j’allais le lire ou pas : je vais le lire ☺️
    Gérard Philipe, le héros de mon enfance, l’homme par excellence pour la petite fille que j’étais… Merci de m’avoir donné envie de le lire !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s