Du poison dans la tête – Jacques Saussey

Elle a incliné le cou, le visage déformé par les flocons épais qui se déposaient déjà sur le carreau. Elle a cherché son regard à travers le verre qui s’opacifiait de seconde en seconde, mais les lunettes noires l’ont empêchée de le trouver. Alors, elle s’est détournée vers le pont et elle a commencé à marcher en direction de la gare, son manteau ouvert claquant sur ses jambes face au vent glacial. Dans la voiture, le son des feux de détresse rythmait sa progression comme le tic-tac d’une minuterie. Une femme qui arrivait en sens inverse s’est retournée sur elle. Elle a eu un temps d’arrêt, comme si elle doutait de ce qu’elle venait d’apercevoir. Il a vu un panache de vapeur sortir de la bouche de l’inconnue. Elle s’est figée d’horreur au moment où Myriam a laissé tomber son manteau dans la neige et a enjambé le parapet. Elle s’est précipitée vers elle en hurlant, mais il était trop tard. Après un dernier regard en direction de la voiture immobile, Myriam, entièrement nue, avait déjà sauté dans le fleuve.

Voilà la huitième enquête de Daniel Magne et Lisa Heslin ! Enfin ! (La fille qui n’exagère pas du tout puisqu’elle a découvert Jacques Saussey il y a à peine 18 mois !). Il faut dire que l’auteur a l’art et la manière de nous mettre directement dans l’ambiance. Ici, il met directement les pieds dans le plat en donnant des chiffres concernant les violences faites aux femmes. Et c’est effarant. De quoi prendre conscience que cela n’arrive pas qu’aux autres. Je me suis littéralement pris ce roman en pleine face. Comme d’habitude, l’écriture est efficace et percutante, donnant un rythme haletant. Le lecteur est pris littéralement dans un tourbillon. Pour une fois, on rencontre un pervers narcissique (puissance 1 000) présenté comme tel, la violence physique mais, surtout, la plus difficile à prouver, la violence psychologique. Avec quelques jours de recul, je réalise que les effets d’un passé destructeur, qui refait surface, sont aussi violents que dévastateurs.

Comme d’habitude, Jacques Saussey nous a offert un roman réaliste qui bouscule et ouvre les yeux.

Du poison dans la tête, Jacques Saussey

French Pulp Editions, 2019

592 pages


Une réflexion sur “Du poison dans la tête – Jacques Saussey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s