Même les méchants rêvent d’amour – Anne Gaëlle Huon

Jeannine, 80 ans passés, a la mémoire qui s’effiloche. Les jours sont comptés avant que ses souvenirs plient bagage. Alors Jeannine fait des listes, toutes sortes de listes. Et surtout, elle consigne dans un carnet ce qu’elle n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’une rencontre, d’un mensonge. Elle se confie à Julia, sa petite-fille. Quand celle-ci la rejoint en Provence, elle découvre une maison de retraite très animée. Tandis que Jeannine semble déjà partie bien loin, le précieux carnet s’offre à Julia comme un cadeau du destin. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, la jeune femme va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et lever le voile sur l’histoire d’amour bouleversante qui a marqué la vie de sa grand-mère. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ?

Récemment, j’ai beaucoup entendu parler d’Anne-Gaëlle Huon, grâce à son dernier roman « Même les méchants rêvent d’amour ». Nous sommes dans une période où j’aime lire des romans feel-good. Si je ne lis pas que ça, ce sont des lectures dont je parle assez facilement car ce sont celles qui me touchent, généralement, le plus. Ça n’a pas loupé ici. On passe vraiment du rire aux larmes par les nombreux personnages. L’autrice a dépeint ces derniers tellement vivants, tellement intéressants, tellement réalistes…. Ils sont tous attachants, finalement. La relation entre Jeannine et Julia, malgré les problèmes de mémoire et la différence d’âge, fait vraiment envie. Grâce à ce roman, on prend conscience de l’importance de la transmission intergénérationnelle et de l’importance de profiter des êtres chers, tant que tout va bien. L’histoire d’amour tragique de Jeannine ouvre la porte au poids des secrets et à la difficulté de vivre avec le regard des autres. Plus loin que ce récit, Anne-Gaëlle Huon plonge ses lecteurs dans une Provence assez intime avec ses odeurs et ses bruits, les instants de bonheur et de tristesse, de doutes et de tendresse. Quant à la maison de retraite, elle semble idyllique. Je veux l’adresse ! Les listes de Jeannine donnent totalement envie de faire les mêmes. Elles sont pleines de positivisme et ça fait plaisir. Ce roman n’est pas loin de l’autofiction puisque Anne-Gaëlle Huon s’est inspirée de sa propre grand-mère.

Un roman à mettre dans ses valises pour les vacances (et une autrice à suivre) !

Même les méchants rêvent d’amour, Anne-Gaëlle Huon

Albin Michel, 2019

368 pages


4 réflexions sur “Même les méchants rêvent d’amour – Anne Gaëlle Huon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s