Que le diable l’emporte

Le Bourbon Kid est mort.
Que le diable l’emporte !
On lui souhaite bon courage.

 

Le Bourbon Kid est bien le premier (et le seul) personnage que je prends plaisir à retrouver dès qu’un nouveau tome de la saga sort ! Si j’ai lu « Que le diable l’emporte » en numérique, je n’hésiterais pas à l’acheter dès sa sortie en poche.

Certains le pensaient mort mais c’était bien mal connaître le Bourbon Kid. Ce type est une vraie purge, une moule accrochée à son rocher, bien trop malin pour se laisser abattre. D’ailleurs, il n’est pas tout seul à être encore bien là. A Santa Mondega, les Dead Hunters et Sanchez n’ont pas perdu de leur superbe non plus !

Vous les avez aimé jusqu’ici ? Vous allez adorer les retrouver ! La saga ne s’essouffle pas. Aucun des protagonistes ne s’assagit. Ce roman est toujours aussi intelligent, toujours aussi loufoque, toujours aussi rocambolesque, toujours aussi sanglant. L’écriture est toujours aussi jouissive avec son langage toujours aussi fleuri.

ON EN VEUT ENCORE !

Que le diable l’emporte

Editions Sonatine, 2019

427 pages


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s