Ciao Bella – Serena Giuliano

Grandir, pardonner et manger des pâtes.

 » J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager…
– Vous avez beaucoup d’autres phobies ?
– Vous avez combien d’années devant vous ?  »

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux…
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?

Attention, la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente.

Comme beaucoup, j’ai connu Serena Giuliano, sur Instagram, par l’intermédiaire de Virginie Grimaldi. Grâce à cette dernière, j’ai découvert une Italienne de caractère, piquante et drôle. Bien qu’elle ait déjà publié trois livres, «Ciao Bella » est son premier roman. Alors, comment résister à sa lecture ? IM-PO-SSI-BLE, tout simplement. On rencontre Anna, authentique anxieuse, avec qui toutes les petites et grandes choses de la vie semblent prendre une tournure bien particulière. Ses angoisses apparaissent, parfois, totalement incongrues. Tout paraît si compliqué à gérer : la maternité, les réseaux sociaux, le sexisme ordinaire, les séries, la parentalité, le racisme quotidien… Malgré tout, l’autrice aborde ces sujets aussi avec leurs bons côtés… Elle n’a pas écrit un triste roman. Bien au contraire ! L’ironie qu’Anna utilise pour se protéger ne peut que provoquer des sourires tant les réflexions sont bien vues ! Bref, ce roman est drôle, frais et addictif. Une fois plongée dedans, j’ai eu bien du mal à le poser. Il faut dire que l’écriture et la construction du roman, entre séances psy et flash-back, sont ultra dynamiques et modernes. On sent, dans le ton employé, que Serena Giuliano a l’habitude d’écrire des chroniques pour son propre blog ou pour le site « Parole de Mamans » . Suivre Anna sur plusieurs années a été une expérience des plus positives : on voit que l’évolution de quelqu’un vers le mieux peut être long même quand on est bien aidé.

En bref, un bon roman pour l’été, pour l’hiver, pour les femmes et les hommes… A lire.

Ciao Bella – Serena Giuliano

Le Cherche-Midi, 2019

268 pages

Publicités

2 réflexions sur “Ciao Bella – Serena Giuliano

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s