L’aube sera grandiose – Anne-Laure Bondoux

Titania emmène sa fille, Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d’un lac. Il est temps pour elle de lui dévoiler des événements de sa vie qu’elle lui a cachés jusqu’alors. Nine écoute, suspendue aux paroles de sa mère. Flash-back, anecdotes, personnages flamboyants, récits en eaux troubles, souvenirs souvent drôles et parfois tragiques, bouleversants, fascinants secrets… Peu à peu jaillit un étonnant roman familial, qui va prendre, pour Nine, un nouveau tour au matin..

L’aube sera grandiose, c’est ce roman destiné aux adolescents, qui traîne quasiment depuis sa sortie (septembre 2017) sur ma table de chevet. Ce livre a fait parler de lui sur les réseaux sociaux, les blogs et les chaînes Youtube… et il a été l’objet de nombreux coups de cœur. Alors, comment résister ? Mais la peur d’en attendre trop et d’être déçue m’a fait patienter (j’avais écrit « patiemment patienter »…) jusqu’à aujourd’hui. Je ne suis pas déçue d’avoir attendue que le soufflé retombe. J’ai ainsi pu en profiter pleinement.

Parce que Titania a trouvé le courage et a décidé que c’était l’heure de vérité, elle embarque sa fille, Antonine (Nine), de force dans un lieu mystérieux. Malgré la résistance de l’adolescente. Malgré les angoisses. Une fois arrivée, la mère va commencer à raconter à sa fille, l’histoire de son enfance (et celle de ses deux petits frères, Orion et Octobre) dans une famille plutôt particulière dont l’égoïste mère, Rose-Aimée, fait des choix étonnants, parfois discutables.

Très rapidement, plus rapidement que Nine, la curiosité du lecteur l’emporte et on se prend au jeu. Les questions se multiplient. Les réponses et les révélations ne tardent pas. Elles sont sans surprise dès que l’on comprend la construction et le fonctionnement atypique de la famille.D’ailleurs, certains échanges frustrent car on attend le fin mot libérateur de l’histoire.

La construction du roman est à noter. L’alternance entre passé et présent, entre instants tendres et dramatiques, apparaît vite nécessaire pour entretenir l’intérêt du lecteur. Anne-Laure Bondoux a réussi à conserver un fil continu stable tout au long de l’histoire, malgré les changements de temporalité. Il faut lire ce roman pour le croire. Quant au style délicat de l’auteur, il colle tout à fait au récit nostalgique et intimiste de Titiana.

Les illustrations de Coline Peyrony sont aussi très agréables et correspondent tout à fait, à l’ambiance du roman et aux personnages.

Si vous aimez les secrets de famille, il ne faut pas passer à côté de L’aube sera grandiose.

PS : ce roman a obtenu le Prix Vendredi 2017 (l’objectif de ce prix est de valoriser la littérature ado)

L’aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux

Gallimard (Jeunesse), 2017

296 pages

6/35

Publicités

4 réflexions sur “L’aube sera grandiose – Anne-Laure Bondoux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s