Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaires – Lemony Snicket

La vie des enfants Baudelaire démarre bien mal… Tout commence le jour où leurs parents disparaissent dans l’incendie de leur maison laissant leurs trois enfants à la tête d’une immense fortune. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, les voilà confiés à leur oncle, le Comte Olaf, qui déploiera toutes les ruses pour s’emparer de leur richesse. Il faudra encore plus de malices aux trois enfants pour déjouer les tours pendables de cet étrange aristocrate…

(Pour voir les autres résumés, c’est ici)

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire est une série de treize tomes que j’ai envie de lire depuis mon adolescence. (Ouaaiiiis, je sais. Ça date. ^^) Je les ai enfin emprunté et je suis en train de venir à bout de cette loooonnngggue saga mais vous n’aurez qu’une seule et unique chronique ! Pourquoi ? Chaque tome représente une de leurs aventures, de façon bien distincte mais il reprend systématiquement la même construction narrative. Je me serais donc répétée aussi.

Dans tous les romans, nous suivons donc trois enfants très intelligents. Il y a Violette, l’aînée, l’inventrice, qui s’attache les cheveux pour mieux réfléchir. Nous avons aussi Klaus, le garçon réfléchi, qui lit et décortique. Et, enfin, Prunille, la petite dernière, a un talent : elle grignote tout. Les orphelins sont entourés de toute une tripotée de personnages qui n’ont pas la lumière à tous les étages mais qui possède beaucoup d’imagination et de cruauté.

Le comte Olaf fait partie des personnages remarquables de la saga. Qu’on le veuille ou non. Détestable à souhait, il déteste les enfants mais voudrait bien récupérer leur immense fortune, en faisant preuve d’une imagination sans limite. C’est grâce à lui que l’auteur arrive à renouveler ses histoires au fur et à mesure des tomes et qu’on ne s’ennuie pas, malgré des structures narratives quasiment similaires. Le Comte Olaf disparaît à chaque tome mais finit toujours par réapparaître dans le suivant. Mais on ne sait jamais quand ni comment.

Là où j’ai été surprise, c’est de voir l’auteur intervenir directement dans les romans pour parler aux lecteurs. C’est particulièrement bien fait. Quant à l’écriture, elle est simplement géniale car on retrouve deux niveaux de lectures dont l’un avec un côté sarcastique très très plaisant.

 

(tome 1) – Toute la saga ICI

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, Lemony Snicket

Nathan, 2005

172 pages

3/35

Publicités

Une réflexion sur “Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaires – Lemony Snicket

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s