La vie dure trois minutes – Agnès Laroche

D’après mes parents, ça me ferait du bien d’exprimer ce que je ressens.
Mais même si parfois je meurs d’envie de tout leur raconter, je n’en ai pas le droit.
Ce secret ne m’appartient pas.
Alors j’ai ouvert un cahier et j’ai commencé mon récit, juste pour moi.
Par le tout début.
Par le jour où Chloé est entrée dans ma vie …

J’ai adoré ce très très beau roman. Voilà. Le style d’Agnès Laroche est d’une efficacité folle : forts et touchants.

Lire un roman destiné à la jeunesse, quand on est adulte, c’est toujours un peu délicat. Il faut avoir conserver ses yeux d’enfant. Sinon, on risque de trouver tous les défauts du monde à notre lecture. Bref. La vie dure trois minutes, plus qu’un drame, est un récit qui aborde l’amitié, l’amour, la passion, la danse… et, surtout, de la difficulté de tout concilier (surtout lorsqu’on est jeune). Comme souvent, j’ai trouvé que ça allait un peu vite. Comment Automne fait-elle pour se relever du drame aussi « facilement » ? Évidemment, je crois à l’aspect cathartique de l’écriture. D’ailleurs, Agnès Laroche montre bien à quel point poser des mots sur un ressenti peut être compliqué. Mais, tout de même, est-ce que cela peut suffire ? Tout faire ? Pas sûre…

Malgré cela, je conseille ce roman aux jeunes lecteurs… et, moi, je vais aller lire d’autres romans de l’auteur.

La vie dure trois minutes, Agnès Laroche

Rageot, 2018

192 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s