Les détectives du Yorkshire : rendez-vous avec le crime – Julia Chapman

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne ! Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

En choisissant ce roman, parmi les titres proposés par NetGalley, j’avais peur… Le résumé me plaisait mais les premières chroniques que j’avais lues, le comparaient régulièrement à la saga de MC Beaton, Les enquêtes d’Agatha Raisin. Heureusement, l’ambiance de ce roman m’a plutôt fait penser à un roman d’Agatha Christie. Ma curiosité a rapidement été piqué par Samson. Cet homme est parti brusquement dix ans auparavant. Et voilà qu’il revient dans ce village où tout le monde se connaît pour ouvrir une agence de détective ! Mais pourquoi ? Petit à petit, les choses se dessinent et les personnages se dévoilent. Les non-dits, le passé, les problèmes des protagonistes donnent une ambiance plutôt tendue. Comme je les aime. Si Rendez-vous avec le Crime est un roman qui peut se suffire à lui-même, il pose tout de même les jalons pour la suite. Cela entraîne quelques longueurs, comme souvent dans les premiers tomes. Julia Chapman nous présente, notamment, de très nombreux personnages avec tant de détails que cela manque de profondeur. J’aurais tant voulu mieux comprendre les raisons du silence de Samson.

Si je lis la suite, ce sera pour avoir des réponses à mes questions.

Les détectives du Yorkshire : rendez-vous avec le crime, Julia Chapman

Robert Laffont (La bête noire), 2018

381 pages

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s