La petite communiste qui ne souriait jamais – Lola Lafon

Retraçant le parcours d’une fée gymnaste, qui, dans la Roumanie des années 1980 et sous les yeux émerveillés de la planète entière, vint, en son temps, mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records, ce roman est le portrait d’une enfant, puis d’une femme, évadée de la pesanteur, sacralisée par la pureté de ses gestes et une existence intégralement dévolue à la recherche de la perfection. En mettant en exergue les dévoiements du communisme tout autant que la falsification, par les Occidentaux, de ce que fut la vie dans le bloc de l’Est, ce récit, lui-même subtilement acrobate, est aussi une passionnante méditation sur l’invention et l’impitoyable évaluation du corps féminin.

Nadia Comaneci, vous connaissez ? Il s’agit de la première gymnaste à avoir obtenu le perfect 10. Nous sommes aux JO de Montréal en 1976. La petite roumaine a alors 14 ans et va être surnommée « la fée des Carpates », admirée des pays de l’Ouest et devenue un mythe orchestré par l’entourage du Camarade Ceausecu.

Dès le début du livre, Lola Lafon appuie bien le fait qu’il s’agit d’une biographie romancée de cette sportive. Même les échanges entre l’auteur et la gymnaste sont inventés et, pourtant, l’ensemble, est d’une crédibilité incroyable bien qu’on se demande quelles sont les choses vraies et quelles sont les spéculations de Lola Lafon.

Plus loin qu’un portrait de Nadia Comaneci, ce roman, c’est aussi la description d’une époque mouvementée, alors que la Guerre Froide fait rage et que la Roumanie est aux mains d’un dictateur. Tout semble abordé, au moins survolé : les excès, les restrictions, la propagande, la censure, les doutes, les pressions exercées par le pouvoir sur les familles…dans le but de créer une nouvelle Roumanie.

Bref, Lola Lafon nous propose une superbe biographie romancée qui sonne comme un véritable témoignage historique sur l’Europe de l’Est juste avant la chute du « rideau de fer ». La petite communiste qui ne souriait jamais a reçu, à sa parution en 2014, plusieurs prix, amplement mérités :  Prix de la Closerie des Lilas (2014), Prix Ouest France / Étonnants Voyageurs (2014), Grand Prix de l’héroïne, Madame Figaro (2014), Prix Littéraire d’Arcachon (2014), et le Prix des lecteurs de Levallois (2014).

La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon

Actes Sud, 2014

318 pages

Publicités

Une réflexion sur “La petite communiste qui ne souriait jamais – Lola Lafon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s