Ne fais confiance à personne – Paul Cleave

Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué.

Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.

Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Est-ce que je vous ai déjà dit que j’adorais les éditions Sonatine ? Si vous l’aviez loupé, je le redis. Les quelques titres que j’ai déjà lus chez eux ont quasiment tous été des romans que j’ai énormément appréciés.

Ne fais confiance à personne est encore un excellent cru et je pourrais enfin dire que j’ai lu un titre de Paul Cleave ! Dans ce roman, le lecteur rencontre Jerry Grey (Ou Henri Cutter, son alter ego littéraire ? Ou qui d’autre ?), un auteur de thriller atteint d’une forme précoce d’Alzheimer. Il n’a que 49 ans et ne peut déjà plus vivre chez lui mais est-ce uniquement à cause de la maladie ?

L’immense force de ce roman passe par la plongée au cœur de cette maladie et par la façon dont Paul Cleave a géré ce récit au réalisme effrayant, en alternant moments de lucidité et de confusion. Par ce fait, la première partie de ce thriller psychologique est plutôt étrange et déstabilisant, faisant oublier sa relative lenteur. De plus, je ne m’attendais pas à trouver dans ce genre de roman, autant d’émotions. La plume de l’auteur nous fait vibrer, entre tendresse et détresse, noirceur et humour.

Paul Cleave aurait pu se servir du Capitaine A pour écrire un roman fouillis et ce n’est absolument pas le cas ! En effet, il maîtrise son texte du début à la fin, exploitant tous les chemins sur lesquels Alzheimer peut nous mener.

Sans hésiter, un roman à découvrir.

Ne fais confiance à personne, Paul Cleave

Editions Sonatines, 2017

460 pages


3 réflexions sur “Ne fais confiance à personne – Paul Cleave

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s