Où cours-tu William… – Denis Jeambar

L’ÉCRITURE PEUT-ELLE SAUVER UN HOMME ?
Dans un Paris plus que jamais miroir aux vanités, l’extrême droite est sur le point de remporter les élections. William Kenfcet, journaliste à l’indépendance farouche, sent que le pire va advenir. Il l’a écrit et fait savoir. Est-ce pour cela qu’un soir il se fait salement agresser devant les grilles du jardin du Luxembourg ? Et que, voulant le sauver, un jeune couple est assassiné ?
Quand William se réveille à l’hôpital, il s’effondre. Écrasé par son histoire familiale, rongé par ses démons et par l’âge qui avance, il décide de partir à New York sur la tombe du jeune homme mort pour le secourir.
Un matin, dans le journal, il découvre l’histoire de Harvey Miller, un homme que le déclassement social a transformé en monstre ― il a tué sa femme et ses quatre enfants ― et qui vomit la morale de la société américaine. Cette histoire, William s’en empare, et le livre qu’il se met à écrire lui permettra de creuser ses propres zones d’ombre.
Roman gigogne, noir comme l’encre, où se mêlent les destins de ces personnages en fuite, Où cours-tu William… est aussi un polar politique, une réflexion sur la filiation, la transmission, et le pouvoir de la littérature.

Aujourd’hui, me voilà avec ma première collaboration avec les éditions Calmann-Lévy, grâce à NetGalley. D’abord journaliste, Denis Jeambar a été rédacteur en chef du service politique et du service culture à l’hebdomadaire Le Point et a écrit plusieurs livres autour de la politique. Où cours-tu, William…est un roman des plus déconcertants, notamment par certains choix stylistiques de l’auteur. On ne peut pas dire que les romans où le protagoniste se tutoie soient monnaie courante. Si le style est un peu basique, le rythme est efficace grâce à des phrases plutôt courtes. Ce titre ressemble parfois à une compilation de pensées sur notre société et de considérations politiques, ce qui le rend exigeant voire difficile à lire, surtout si nos idées ne sont pas en accord.

Où cours-tu, William… est un roman à manipuler avec précaution.

 

Où cours-tu, William … Denis Jeambar

Calmann-Levy, 2017

376 pages


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s