La fille au mitote- Marceline Bodier

1979. Quatre ados vivent un été enchanté dans la campagne lorraine, rêvant autour de la jeunesse débridée de Saint Augustin, au rythme de la musique de Led Zeppelin.

1985. Le plus prometteur d’entre eux est assassiné. Qui l’a tué ?

2008. Son fils cherche à comprendre ce qui est arrivé à son père quand il avait son âge. Que s’était-il noué entre les quatre amis l’été de leurs 17 ans ? Dans sa quête, il rencontre la fille de l’un d’eux. Quelle est l’origine de leurs prénoms : lui Robert, elle Esfera ? Quel est le rapport avec le sentiment d’Esfera de vivre entourée de brouillard ? Que verront-ils surgir lorsque celui-ci se dissipera ? L’amour peut-il y avoir sa place ?

Roman policier, psychologique et d’initiation, La fille au mitote fait monter le suspense au fur et à mesure de rebondissements inattendus jusqu’au dénouement final, qui prend le lecteur par surprise.

Cette lecture, faite une nouvelle fois grâce à Net Galley (et aux éditions Librinova), est une lecture en demi-teinte entre belles découvertes et petites déceptions. Comme cela arrive régulièrement, je m’attendais à tout autre chose en lisant la quatrième couverture. Ce qui m’attirait dans ce roman, c’est le côté policier. Mais il faut avouer que le meurtre puis la mise en place de l’enquête et des recherches arrivent chacun assez tardivement dans le roman. Il ne faut rien chercher avant un bon tiers du roman. Marceline Bodier prend le temps de poser ses personnages et leur psychologie. Par conséquent, le lecteur n’a pas le sentiment de lire un roman policier. Néanmoins, j’ai apprécié lire une histoire se déroulant à Nancy, cela me rappelant des souvenirs.

Je conseille ce roman aux lecteurs qui aiment que l’on s’attarde sur la psychologie des personnages et la puissance des relations et des souvenirs, parfois faussés.

 

La fille au mitote, Marceline Bodier

Librinova, 2017

epub

Publicités

Une réflexion sur “La fille au mitote- Marceline Bodier

  1. Merci Elora pour cette chronique ! C’est vrai, « La fille au mitote » n’est pas un roman policier : certes, c’est le terme employé en 4ème de couv, mais le livre est bien classé en littérature générale. Il s’agit plutôt d’un roman psychologique à suspense, au sens où le sont par exemple les livres de Ruth Rendell (hors série des Wexford). Et merci d’avoir attiré l’attention sur le côté psychologique… c’est bien lui que j’ai mis au service du suspense. Je vous souhaite un bel été !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s