La mort n’est pas une fin – Agatha Christie

Elle est bien belle, la concubine qu’Imhotep a ramenée de son voyage dans le Nord.
Mais elle n’est qu’une étrangère, et on ne l’aime pas. D’ailleurs, depuis qu’elle a ensorcelé le maître, rien ne va plus au domaine. Et ce démon va finir par décider de tout si l’on n’y prend pas garde. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard. Si elle venait à disparaître, le cœur d’Imhotep retournerait à ses fils. Il suffirait d’écraser le serpent, et tout redeviendrait comme avant. Est-ce bien certain ? Le mal vient-il seulement de l’étrangère ? On dirait qu’un poison intérieur ronge aussi la maison du maître…

Je participe au Mois Anglais ou je ne participe pas. Dans ma Pile à Lire, Je n’ai pas énormément de titres rentrant dans le challenge ou alors je ne les connais pas puisque je ne sais pas forcément où se passe les intrigues en lisant la quatrième de couverture. Par conséquent, j’ai plusieurs romans d’Agatha Christie alors j’en profite pour les lire et découvrir celle qu’on appelle La Reine du Crime.

D’après ce que j’ai pu lire, La mort n’est pas une fin est le seul policier historique que l’auteure ait pu écrire. A la vue de son immense bibliographie, on aurait pu aisément pensé qu’il y en aurait d’autres. Et bien, non !

Avec ce récit, nous partons pour une contrée fort lointaine, dans des temps immémoriaux. En l’occurrence, nous sommes à proximité de Thèbes, en Egypte, 2000 ans avant Jésus-Christ. Autant vous dire que si l’Egypte Ancienne, ses pharaons, ses tombeaux et ses pyramides ne vous attirent pas , passez votre chemin. Personnellement, j’ai hésité à ouvrir ce livre car a priori les policiers historiques et moi ne sommes pas très envie. Et, pourtant…

Ce policier classique possède sa pointe d’originalité. Malgré le genre du roman, Agatha Christie nous plonge véritablement dans l’Egypte ancienne, languissante sous un soleil violent, où la mort fait partie intégrante de la culture du pays.

 

Si vous lisez ce roman, le titre prendra tout son sens…et bien plus encore ! D’ailleurs, l’ambiance du roman est assez particulière car la narration tourne essentiellement autour du quotidien familial. On en oublierait presque le meurtrier alors que nous sommes dans un huis-clos comme sait si bien nous proposer l’auteure. Pour le coup, nous restons au sein d’une propriété familiale où, au fil des meurtres, on finit par soupçonner tout le monde.

Le style d’Agatha Christie est toujours efficace mais ce roman reste assez long à démarrer : presque la moitié du roman. Et pourtant, je me suis laissée prendre au jeu.

La mort n’est pas une fin

Agatha Christie

Edition Le Masque

2014

224 pages

Publicités

Une réflexion sur “La mort n’est pas une fin – Agatha Christie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s