Patients – Grand Corps Malade

Il y a une quinzaine d’années, en chahutant avec des amis, le jeune Fabien, pas encore vingt ans, fait un plongeon dans une piscine. Il heurte le fond du bassin, dont l’eau n’est pas assez profonde, et se déplace les vertèbres. Bien qu’on lui annonce qu’il restera probablement paralysé à vie, il retrouve peu à peu l’usage de ses jambes après une année de rééducation. Quand il se lance dans une carrière d’auteur-chanteur-slameur, en 2003, c’est en référence aux séquelles de cet accident – mais aussi à sa grande taille (1,94 m) – qu’il prend le nom de scène de Grand Corps Malade.
On connaît l’immense succès qui suit : trois albums plébiscités par le public et la critique, une distinction de Chevalier des Arts et des Lettres, qui récompense la qualité de sa plume, toujours subtile et surprenante. Dans ses chansons pleines de justesse, telles « À l’école de la vie », « Roméo kiffe Juliette », « Éducation nationale », ou encore « Rachid Taxi », l’artiste soulève le voile d’une réalité sociale et politique singulière. Chaque année, certains de ses textes sont proposés au baccalauréat de français.
Dans son livre, où il se fait pour la première fois auteur d’un récit en prose, il raconte, avec humour, dérision et beaucoup d’émotion, les douze mois passés en centre de rééducation et relate les aventures tragiques mais aussi cocasses vécues par lui et ses colocataires d’infortune.

Aujourd’hui, me voilà avec la chronique de Patients de Grand Corps Malade (Fabien Marsaud de son vrai nom), dont l’adaptation au cinéma est sortie le 1er mars 2017.

 

Pour ceux qui ne le savent pas, l’auteur n’est pas né avec son handicap. Ce passionné de basket aurait pu se blesser gravement en pratiquant son sport. Mais non. Lors d’une colonie de vacances, où il est animateur, il a plongé de trop haut, dans une piscine pas assez pleine..et c’est aussi toute une vie qui est chamboulée. Les médecins ne sont pas optimistes quant à ses chances de remarcher.

 

D’abord longuement bloqué dans un lit et surtout dans son propre corps, Fabien passera par une très longue période de rééducation et de lutte acharnée afin de récupérer le maximum de ses capacités.

 

Déprimant, présenté comme ça, non ? Et pourtant… ce court texte autobiographique est une ode à l’espoir, un appel à la vie. Grand Corps Malade n’est absolument pas prétentieux ni imbu de sa personne. Jamais, il ne crie victoire car il ne sait que trop bien à quel point le chemin de sa vie ne tient qu’à un fil. Honnête, il ne contourne pas les questions tabous.

 

Fabien ne parle pas que de lui. Sur 168 pages, il prend le temps de nous parler de ceux qui l’entourent durant cette période : ses « colocataires » (appelons-les ainsi puisque les parcours sont aussi variés qu’incertains), l’infirmière « connasse », les médecins et les professionnels du paramédical imbuvables et les bienveillants….

 

Ceux qui connaissent ses textes de slam reconnaîtront aisément sa plume efficace, pleine de sensibilité et teintée d’humour. De plus, les chapitres sont très courts et, malgré la patience dont il a du faire preuve pendant sa rééducation, le lecture ne s’ennuie pas.

 
Il ne faut pas hésiter à se plonger dans cette toute petite autobiographie. Poignante mais jamais larmoyante. Honnête, tout simplement.

 

Patients

Grand Corps Malade

Points

2014

168 pages

Publicités

2 réflexions sur “Patients – Grand Corps Malade

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s