L’école donne-t-elle le goût de la lecture ?

L’école donne-t-elle le goût de la lecture ? Voilà la question que s’est posée Milyx Lecture et certains de ses comparses, sur Youtube. Cette question m’ayant énormément interpellée, j’ai choisi d’en faire un article.

Ici, je vous parle de ma propre expérience. Qui n’est pas forcément la plus récente. Mes années collège et lycée datent du début des années 2000.

Pour répondre simplement et directement, ma réponse à la question est : NON !

Développons un peu. Je pense que donner le goût de la lecture n’est pas un des objectifs premiers de l’école qui nous apprend essentiellement la lecture analytique. De plus, les programmes font la part belle aux romans dits classiques afin de nous donner une culture générale littéraire commune. Si je ne critique absolument pas l’aspect culture, je suis plus mitigée sur le reste.

Certes, dans la littérature classique, les romans sont très divers… mais dans une langue écrite qui n’est plus la nôtre du fait de son évolution. Par conséquent, les textes ne sont pas nécessairement accessibles à des adolescents (qui, de base, n’aiment pas tous lire) malgré leurs multiples intérêts, notamment historique.

De plus, j’ai toujours (sauf oubli de ma part) lu des classiques français… Et les classiques étrangers ? Et les contemporains ? Les programmes sont-ils si fermés ? (Pour le coup, c’est une vraie question.) En plus, cela n’encourage pas la curiosité… En faisant des raccourcis et des généralités, on a vite fait de se dire que lire, c’est ennuyeux.

Ce qui a rendu mes lectures scolaires parfois très compliquées, c’est l’aspect obligatoire. Si on veut bien faire les choses, on est obligé d’avoir lu ce texte (ou cet extrait) qu’il plaise ou pas. C’est tout de même hyper oppressant et stressant car, en plus, cela débouche sur une étude littéraire plus ou moins poussée. Et les lectures ne sont même pas toujours remises dans leurs contextes socio-politico-historiques.

Par contre, je pense que l’homme (dans son sens le plus large, hein…) joue un grand rôle concernant le goût de la lecture. Sans un contexte familial et amicale favorable aux livres, aimer la lecture semble difficile. Mais la manière de transmettre des professeurs est essentielle… pour ne pas perdre un intérêt parfois fragile.

Je me souviens de profs passionnés (et passionnants) qui essayaient de concilier nos questions, notre manque d’intérêt pour les textes imposés et les programmes, les notions qu’ils devaient nous inculquer le mieux possible. Au contraire, j’ai aussi eu un prof (heureusement UN seul) qui est passé à deux doigts d’avoir raison de mon goût pour la lecture à cause d’un esprit étriqué et très fermé. « Les classiques français, il n’y a que ça de vrai. » Et j’ai eu les profs qui faisaient leur boulot, ni plus ni moins.

Il a fallu que j’atteigne les études post-bac pour tomber sur plusieurs profs de littérature (ouais, entre littérature française et étrangère, j’ai eu plusieurs profs !! ) qui ont pu désacraliser totalement la lecture scolaire en nous ouvrant vers d’autres littératures. On avait enfin atteint un équilibre entre classique, contemporain, français et étranger. C’était imparfait, certes, mais on étudiait enfin autre chose.

Publicités

4 réflexions sur “L’école donne-t-elle le goût de la lecture ?

  1. Grande question ! J’ai aussi l’impression que ça n’encourage pas les gens à lire.. Autant je comprends qu’on lise des auteurs francophones parce que vu le choix qu’on a, c’est un peu dommage d’analyser des traductions, autant on devrait séparer les lectures des analyses de texte (genre, faire des analyses sur des extraits de classiques, et lire des livres en parlant un peu des thématiques et de l’histoire mais sans décortiquer le moindre choix d’adjectif, parce que quelque part ça enlève toute la magie…). Je ne sais pas si c’est la solution, mais je sais que j’ai souvent commencé par bien apprécier une lecture jusqu’à ce qu’on entre trop dans le détail et qu’on « désacralise » tout.
    Mais bon, dans tous les cas ça dépend beaucoup de l’enthousiasme du prof !

    J'aime

    1. J’avoue que j’ai souvent apprécié mes lectures…mais qu’une fois qu’on entrait dans l’analyse, c’est là que j’étais dégoûtée. J’ai toujours eu le sentiment de démonter ce que j’avais ressenti pour le récit afin de « traduire » ce que l’auteur voulait dire. En plus, je ne peux pas m’empêcher de dire qu’on va toujours plus loin que l’auteur…

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis d’accord avec toi sur tous les points ! J’aurais formulé une réponse similaire. Je trouve les programmes peu enthousiasmants, mais certains professeurs arrivent à transmettre leur passion. Au collège, j’aimais beaucoup, mais je pense que j’ai eu la chance d’avoir une excellente prof sur les 4 années.

    Au collège, on avait un exercice trimestriel, « 5 min pour convaincre », où l’on présentait à la classe un livre qu’on avait lu et choisi. C’était super sympa. J’ai beaucoup de souvenirs des livres et extraits lus avec elle. En revanche, j’ai fait un bac L, et j’ai fini par être dégoutée de l’analyse de texte quand bien même j’avais les meilleures notes (je me disais que même les auteurs ne pensaient pas aussi loin) et j’étais déçue d’avoir une culture littéraire limitée à la sortie (pas étendue ni dans le temps, ni dans l’espace). Vu mon milieu familial, je comptais peut-être trop sur l’école ? Cela dit, ça pointe les inégalités que l’école peine à combler. Et cela pourrait être intéressant de brasser plus de genres, plus de nationalités, plus d’époques, de faire un programme équilibré entre apports analytiques et apports culturels. Je suis sortie ignorante de mon bac en fait…

    Après, cela a peut-être changé depuis (j’étais au collège dans les années 2000 également). Notre ministre parlait de transversalité, je ne sais pas si cela s’est fait mais je trouvais que c’était une piste très intéressante. Si on se pose la même question pour les maths, l’histoire, la physique, la svt… c’est quand on fait le lien entre toutes les matières qu’elles prennent du sens.

    Aimé par 1 personne

  3. Ma sœur est en terminale cette année et je n’ai pas l’impression que cela ait énormément changé en fait. Elle a repris plusieurs de mes classiques étudiés en cours et d’autres…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s