Résilience – Julia M Tean

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

La prochaine fois que je veux lire un roman dont les critiques et chroniques sont aussi dithyrambiques, je vous en supplie : fracassez-moi parce qu’à chaque fois, j’attends tellement de ma lecture que je suis toujours un peu déçue. Ceci dit, je savais aussi qu’avec Résilience, je devais m’attendre au pire. Si j’ai l’habitude d’aimer les thrillers bien glauques, bien sordides et bien sanglants (avec plein de maltraitance et de torture !), ce roman est d’une autre trempe car il a une consonance ultra-réaliste.

Autant l’annoncer d’emblée, certaines scènes pourraient choquer les plus sensibles d’entre nous !

A 19 ans, Vincent s’offre le plus des beaux des cadeaux qu’il puisse imaginer : un parricide. Franck, ce qui lui sert de père, va mourir dans d’atroces souffrances. Avec lui, disparaît un homme (uniquement dans le sens physiologique du terme…) très raciste, hyper homophobe et particulièrement violent. Si le père n’attire aucune pitié, la mère indigne ne vaut pas mieux. Elle préfère son métier de prostituée à son rôle de mère… Vincent a tellement été soumis et traumatisé, a fait tellement de conneries (pardonnez-moi mais il n’y a pas d’autres mots), que je me suis clairement demandé comment il avait réussi à sortir de ce carcan, de ce rôle qui lui était imposé avec force et violence, pour agir.

Le protagoniste vit son entrée en prison comme un soulagement et une libération. Oui, cela paraît aberrant mais quand vous lirez tout ce qu’il a subi et avec quelles difficultés il est arrivé jusque-là, vous ne pourrez que le comprendre !

Julia M Tean réussit un sacré tour de force car son roman ne fait que 146 pages mais elles sont intenses. Afin de pouvoir tout raconter, que le lecteur puisse tout comprendre, elle ne laisse absolument aucun répit, à personne. Ni à Vincent, ni à nous. Ceci étant dit, j’aurais aimé que certains personnages soient plus développés, qu’on connaisse le fond de leurs pensées. Pedro notamment.

Le temps est venu d’émettre une petite réserve à cause du format, entre-deux tout mou, et de la mise en page très basique. J’ai eu l’impression de lire un texte sous Word, laissé tel quel…

 

Avec Résilience, Julia M Tean offre un véritable plaidoyer contre l’homophobie et la maltraitance. D’ailleurs, à chaque vente de ce titre, 1€ est reversé à l’association Le Refuge.

 

Résilience

Julia M Tean

Rebelles

2016

147 pages

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s