Cet été-là – Véronique Olmi

Auteur : Véronique Olmi

Date de parution : 2011

Editeur et collection : Grasset

ISBN : 9782246770114

Nombre de pages : 283

Genre : Contemporain

 

Avis :

Comme chaque 14 juillet depuis 16 ans, trois couples d’amis et leurs enfants se retrouvent en Normandie chez Delphine et Denis. «Rendez-vous annuel et sacré», ce séjour tant attendu à Coutainville est une parenthèse joyeuse et frivole dans la vie de ces quadragénaires. Parties de tennis, fruits de mers et feu d’artifices devraient effacer le temps d’un week-end les soucis du quotidien. Mais cette année, l’arrivée d’un élément perturbateur – Dimitri, un adolescent de 20 ans – va réveiller les angoisses de chacun, les obliger à prendre leurs responsabilités ou tout simplement à lâcher prise…

Partons en Normandie, passer le pont du 14 juillet entre amis. Partageons les ballades sur la plage, les feux d’artifices, les repas entre amis d’enfance. Ah ! Que c’est agréable de se retrouver entre copains, on se connaît si bien… quoique ? Ce n’est pas si sûr. Amis lecteurs, amies lectrices, embarquez sans risque dans « Cet été-là », car vous serez surpris (agréablement) par la fine analyse de Véronique Olmi, qui nous conte la vie, notre vie, avec des mots justes et beaux. Véronique Olmi arrive ici à retranscrire les émotions des personnages avec légèreté et délicatesse

je n’ai plus pu le poser au point de rechigner à aller me mettre à table. J’ai été happée par le roman, transportée dans cette maison au bord de la mer. L’écriture est fluide. On s’identifie facilement aux personnages car de sont des gens comme vous et moi, avec leurs qualités, leur défauts, leurs failles, leurs préjugés parfois… On n’espère pas de fin grandiose, pas de happy end ou de drame épouvantable… Juste un épisode de la vie qui s’achève…Parce que la vie elle, continue. Et on en voudrait presque à l’auteur de ne pas avoir continué plus loin.
A n’en pas douter, chacun de vous se retrouvera dans ces personnages, si attachants, car si proches de nous. Delphine, la jolie bourgeoise, Lola, reporter de guerre, Marie, une actrice de second plan, et Denis, l’homme aux larges épaules bien solides, mais aussi Nicolas, le gentil mari.Des stéréotypes, bien sûr, des étiquettes posées sur leur front, depuis toujours. Car au fond, tout n’est pas si simple. Et chacun vient avec ses secrets, ses non-dits, ses désirs inassouvis. Et sous la plume habile de Véronique Olmi, nos trois couples d’amis vont se délier de leurs entraves, peu à peu, dans un rythme soutenu et nerveux.
Dans Cet été-là, Véronique Olmi alterne les scènes de groupe, où chacun apparaît confiant et apaisé, avec des discussions plus intimes, en aparté. C’est dans ces moments-là que l’écrivain sonde les blessures des protagonistes. Les repas sont des instants de «joie simple un peu primaire», durant lesquels «on va parler langoustines». Ne rien montrer, être superficiel et insouciant: «dès qu’une émotion surgira, Denis remplira les verres. C’est le principe du rite: l’immobilisme». Mais une fois le déjeuner terminé, la troupe se disloque et chacun retrouve ses inquiétudes. Tous assommés de problèmes auxquels les autres ne seront jamais confrontés, ils tentent tant bien que mal de s’épauler. Entre deux bains de soleil, on se laisse aller, on s’épanche. Culpabilités, désirs, regrets, secrets, les confidences se font à demi-mot, en évidant le poisson ou quand les autres font la sieste. On tourne autour du pot, on attend le bon moment pour lever le masque.

Ce roman est un condensé d’amour, d’amitié, de tristesses et de rires : un mélange pourtant si simple, mais merveilleusement bien dosé et qui nous prend au tripes jusqu’aux dernières lignes.
Discussions futiles, repas arrosés, mondanités de villégiature… derrière l’insouciance des vacances, la fin de la mascarade approche. Delphine, le sent bien. L’agonie du grand pin de son jardin est un mauvais présage. Le rituel du 14 juillet risque bien de prendre fin…
C’est un roman sur la vie tout simplement…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s