Mako – Laurent Guillaume

Challenge ABC 2011

Auteur : Laurent Guillaume
Date de parution : 2010
Editeur et collection : Librairie Générale Française – Le Livre de Poche
ISBN : 9782253128595

Nombre de chapitre : 23 chapitres + 1 préface
Nombre de pages : 243
Genre : Policier
Avis :
Paris, la banlieue…
À la sortie d’un night-club, une jeune fille est victime d’une sauvage agression.
Mako, policier de la BAC, taciturne et endurci, obsédé par l’idée d’en punir lui-même l’auteur, s’investit dans l’enquête au-delà de la raison.
Il déclenche une traque qui l’emmènera loin, aux confins de la folie, là où le bien et le mal se confondent. De l’enfer des trottoirs aux boîtes de nuit branchées, Mako hante les bas-fonds d’une société en perdition.

Disons-le d’entrée de jeu, ce premier livre de Laurent Guillaume est un petit bijou. Olivier Marchal qui a préfacé ce roman, ne s’y était pas trompé ! D’ailleurs, cette préface en elle-même est une réussite !

Le monde dans lequel l’auteur nous emmène est bien ficelé, superbement maîtrisé et totalement hors-du-commun. L’histoire n’est pas simplement un récit policier tant les sujets abordés sont multiples : trafic de drogues, mort, prostituées, la société (et ses bas-fonds), l’immigration, l’esclavage moderne…

Les mots, expressions (boeufs-carottes, par exemple), et sigles (IGS, OPJ, IML, BAC…) sont, au départ, assez perturbants mais se révèlent être un véritable atout pour l’histoire ultra-réaliste. D’ailleurs, le fait que l’auteur utilise le jargon policier aide le lecteur à se plonger dans l’ambiance du roman. La description de l’univers des flics de la rue est faite avec véracité et sans complaisance (la frontière entre le monde des flics et celui des voyous étant parfois bien ténue et poreuse…).
L’auteur échappe aux pires clichés et aux pires excès et sait rendre les « flics » plus humains et sensibles.

Laurent Guillaume nous plonge directement dans l’action et nous tient en haleine en parlant juste assez pour faire monter la pression et donner envie de continuer. Il ne cache absolument rien, même des scènes les plus tragiques, des choix, qu’ils soient bons ou mauvais. Parfois, on étouffe mais on n’arrive pas à se décrocher du roman.

Monsieur Guillaume nous fait descendre en enfer en même temps que les personnages auxquels on s’accroche. Chacun traine une souffrance indicible dont on découvre les origines petit à petit.
Mako, qui a donné son nom au roman, est ce personnage principal très particulier. Cette grande tête brûlée fonce dans le tas et ses actes viennent régulièrement perturber l’enquête. On le trouve parfois idiot mais on s’y attache plus que prévu. Laurent Guillaume ne se met pas particulièrement de son côté. Il nous propose également les pensées des collège de Mako, les personnes recherchées… A ce sujet, l’écriture est très intéressante car, à plusieurs reprises, on commence une scène avec le point de vue d’un personnage pour la finir avec un autre.

La force de l’intrigue n’est pas d’être révolutionnaire, mais d’être parfaitement maîtrisée et de respirer le vécu à chaque phrase. Le dénouement n’est pas révolutionnaire ni tout à fait surprenant mais ce lit avec un certain plaisir.

Ce roman policier noir démontre une réalité très violente où l’argent domine peu importe le prix, où l’homme ne vaut rien. Il s’agit également d’un roman où les policiers défendent leurs valeurs, corps et âme.

Publicités

2 réflexions sur “Mako – Laurent Guillaume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s